Amenageurs, collectivites, bailleurs sociaux, promoteurs, maitrises d’ouvrage… Pourquoi integrer les futurs acquereurs a la conception de leur logement quand on a toujours su faire sans ?

Quel est l’impact généré par l’immeuble que je viens de livrer ? Quel est son impact sur son environnement immédiat, sur l’environnement, globalement ? Comment sera-t-il habité ? Quelle vie permettra t-il ? Comment vieillira t-il ?

Il est quasi impossible de répondre à toutes ces préoccupations sans la présence des premiers concernés, ce malgré toute bonne volonté ou moultes expertises !

« L’immeuble » issu d’une démarche ascendante et non dictée par une nième étude de marché prend, avec ce mode opératoire empathique, un sens dans la cité. Au lieu d’opposer maîtrise d’ouvrage privée et communauté habitante, ces deux dernières deviennent partenaires et portent ensemble, en toute confiance et transparence,  un lieu de vie. Elargie aux  individus sur la vie desquels le projet peut avoir un impact, la participation et l’écoute deviennent des outils de perfectionnement de l’acte de construire et de diminution de son impact environnemental et social.

Aussi, donner les moyens aux futurs habitants de s’approprier leur résidence  et d’atteindre les objectifs de performance énergétique projetés élimine  la déception, de plus en plus fréquente, pour des immeubles prétendus générer une économie de charges.

Enfin, la démarche participative permet de s’affranchir des prestations considérées inévitables par conformisme et d’établir des arbitrages techniques et conceptuels qui tiennent compte des futurs habitants, experts de leurs usages.
Promoteur de courtoisie urbaine constitue, dans ce sens et à travers ses propres outils,  le partenaire alter ego d’une démarche Participative. Son rôle de « liant » – entre le groupe d’habitants, vous et votre équipe de Maîtrise d’Oeuvre – permet de connecter demande habitante, logique de marché et pensée architecturale. L’expertise en maîtrise d’ouvrage privée de sa fondatrice vous garantit , de surcroît, une prise en compte éclairée des contraintes opérationnelles et économiques.

L’enjeu est de rompre avec la logique « j’acquièrs, tout seul dans mon coin, un logement fini, prêt à la consommation au profit d’une logique «  l’immeuble est le lieu d’expression d’une action collective responsable et solidaire ».

Le projet immobilier devient un accélérateur de lien social, le terrain d’expression des différents engagements et idées des uns et des autres. Les futurs habitants, portés par l’effervescence du groupe, composent les usages qu’ils vont eux même faire vivre :

– espaces cultivables
– réduction de l’empreinte écologique y compris celle de la construction de l’immeuble
– maîtrise des consommations énergétiques
– implication des savoir faire locaux
– approche servicielle des biens
– création de liens de solidarité ouverts sur le quartier d’accueil…

Le projet  immobilier contextualise la mise en œuvre des objectifs du développement durable qui pourraient être vécus par les citoyens comme parachutés par la sphère bien pensante. La présence d’un animateur comme Promoteur de courtoisie urbaine permet de s’adresser à un panel diversifié de groupes de population.

La multiplicité des enjeux de l’aménagement urbain n’a jamais été autant favorable à la mise en place de démarches participatives impliquant les usagers finaux et capitalisant sur l’implication de professionnels de la ville.