ou….« JOURNAL DE LA VILLE COLLABORATIVE ».

Parce que travailler, oeuvrer, s’ancrer dans un groupe d’actions ou de pensées… sont d’autres façons d’habiter les territoires.

 

LA FAV- Fabrique Alternative d’une Ville : www.fa-v.com

La Fav est un Web-documentaire qui croise différents regards sur les transformations de deux villes majeures du Grand Paris, Saint-Denis et L’île-saint-Denis ; où 40% du territoire est en transformation. La FAV expose, à la parole des habitants,  les travaux des urbanistes et des aménageurs.

Proposé et réalisé par Magalie Justeau – Atelier Transmedia ( enquête journalistique Magalie J. et Rabia E.) le FAV s’est tissée comme une continuité narrative, naturellement ancrée sur le territoire.

 

LE 6B - Fabrique culturelle à Saint-Denis (93)

« Le 6b est un lieu de création et de diffusion artistique qui souhaite être acteur du territoire sur lequel il est implanté. Installé au sein de Néaucité, nouveau quartier de vie en construction, le 6b propose un lieu de travail, de culture et d’échanges ». Extrait www.le6b.fr

Le 6b est-il un espace de culture à programmation libre ? Un lieu ouvert au public ? Un rejet taiseux de toute logique excluante ? Une tribune de réflexion collaborative ?  Une plateforme de mise en réseaux ? Un projet de réappropriation « par le bas » (bottom-up) de délaissés urbains ? Probablement tout ceci en même temps.

Pour sa 2ème édition de «  Cartes Blanches », l’Ecole du Renouvellement Urbain recevait Julien Beller. Les principaux éléments de la discussion entre Julien Beller et ses invités ont été repris dans un carnet titré « Julien Beller. L’Architecture engagée », édité en 500 exemplaires.


Partenariat urbain Amont sur LES ARDOINES à VITRY-SUR-SEINE (94)
Courtoisie Urbaine a accompagné l’équipe Brémond  sur le sujet Les Ardoines-Gare Vitry, ce depuis son lancement ; en participant, notamment, aux ateliers projet de l’EPA ORSA.
Nos missions se prolongent et sur des sujets bien précis :
1- Programmation du socle  : cooptation des acteurs locaux, mise en place d’un équipement urbain  ( quels usages, quel modèle économique, quel montage, …). Ce travail profitera à l’ensemble des partenaires du projet. C’est le principe des ateliers de l’EPA ORSA.
2-  L’étude d’une programmation logement-atelier ( artiste-artisan).
Problématique : comment installer durablement les espaces d’activités dans un immeuble habité, et fabriquer un écosystème qui tient ensemble.
Le sujet est mis sur la table par Nexity (Villes et projets), selon les attentes de l’EPA ORSA.
Nous avons proposé pour cela une étude participative, pour coopter les besoins réels et aboutir à une réponse viable, au plus proche des attentes.
Il nous semble majeur d’éviter une offre basique : « un atelier à l’intérieur d’un logement »,  qu’on sait mal adapté aujourd’hui aux besoins et finit par mal vieillir
Une dimension économique est également au coeur de la problématique.
Là aussi, le résultat de l’étude participative sera partagé avec l’ensemble des acteurs du secteur Gare Ardoines,  pour faire émerger un projet, in fine.
Nous clôturons notre étude par un atelier participatif d’intelligence collective. Cet atelier aura lieu le 30 Juin matin.

 

IMMEUBLE de 18 000 m2, plurifonctionnel, en co-programmation avec ses utilisateurs finaux à IVRY-SUR-SEINE (94)

La performance d’un projet immobilier d’entreprises ne se mesure plus, exclusivement, par une valeur taux de vacance. Bien que cette étape, la commercialisation, demeure essentielle ; sa simple concrétisation n’est plus suffisante. L’immobilier d’entreprises doit aujourd’hui accompagner la clusterisation des territoires et permettre, en éclaireur, de nouvelles interactions économiques. Il doit promouvoir des fonctions innovantes pour accompagner les nouveaux modes de travailler.

Enfin, tel un équipement dans la ville, les nouveaux espaces de travail doivent s’ouvrir davantage sur leur quartier et apporter des solutions de mutualisation, de rencontre et d’expression d’une culture et imaginaire partagés. Travailler est, aujourd’hui, «l’autre» façon d’habiter les territoires. Ces intentions, réunies, augmentent au passage la désirabilité du projet immobilier qui proposera, de facto, des «espaces uniques».

Pour ce faire, la programmation ne peut découler d’une organisation linéaire, où chaque compétence interviendrait à la suite d’une autre. Une organisation plus imbriquée et en réseau fera émerger de nouvelles fonctions et organisations spatiales viables et pérennes. Des ateliers de programmation collaborative sont ainsi proposés. Ils réunissent aussi bien les acteurs publics que les acteurs privés. Le panel de participants se diversifie au fil des sujets développés et de l’évolution des orientations programmatiques.

 

 

You must belogged in to post a comment.